Brigitte Bagela

brigitte@bagela.fr
 

Consultante formatrice en Management de la Relation Client06 21 58 81 88

Qu'est-ce qui se joue en ce moment ?

• Archives octobre 2013

À bicyclette…
 15 octobre 2013 |  Partager :

Quand on partait de bon matina-bicyclette
Quand on partait sur les chemins
À bicyclette… *

Je voulais m’acheter un vélo…

Cette idée me trotte dans la tête depuis un bon moment. Toujours en déplacement, rarement là les bons jours aux bonnes heures : les cours de gym me passent sous le nez.

 

Un vélo, il est là quand je veux & quand je peux. La campagne ne ferme jamais & les chemins s’arrangent très bien de mon emploi du temps.

 

C’est décidé, je m’en achète un. Je rêve déjà de la brise du matin, des couleurs de la nature rien que pour moi, des « bonjours » joyeux à mes futurs collègues. … Et puis, bien sûr, de la ligne superbe que mon nouvel ami à 2 roues va m’aider à acquérir. Le bonheur, quoi !!!

 

Je me renseigne & me fait une idée du type de vélo que je souhaite. Puis, je passe à l’étape concrétisation du rêve, pas d’achat virtuel, ni de magasins multisports. Mon inclination naturelle me dirige vers des « vrais » gens &, qui plus est, des spécialistes de l’univers du cycle en tous genres.

 

Essai N° 1

Le cœur battant, j’entre dans le premier magasin sélectionné.
Deux vendeurs sont derrière le comptoir qui est à gauche de l’entrée & les vélos sont exposés à droite. Après avoir dit « bonjour », je fonce vers l’objet de mes désirs. Je regarde uniquement de face (les vélos sont coincés dos à la vitrine, pas de possibilité de tourner autour), j’essaye de trouver des fiches informatives, des prix, rien …
Finalement, à force de me voir tournicoter, un des vendeurs arrive :
« Je peux vous aider ? »
« Mais, certainement, je veux m’acheter un vélo »
« Ben, vous avez celui-ci »
« Ah, bon, mais pourquoi celui-ci ? »
« C’est notre entrée de gamme »
Entrée de gamme, entrée de gamme, j’ai une tête d’entrée de gamme ??
Mais, bon, vaillamment, je m’accroche & je continue.
« Entrée de gamme, c’est à dire ? »
« Et ben, pour les femmes, c’est très bien »
« Ah, bien & pourquoi ? »
« Pour aller chercher le pain & faire 2/3 courses, çà suffit. En plus, il n’est pas compliqué & il a un panier ».

 

Là, j’avoue, j’ai du mal à garder mon calme. Je dois le regarder un peu atterrée par tant de compétence professionnelle. Une lueur de lucidité le traverse :
« Vous n’avez pas l’air convaincue !! »
« C’est sans doute que vous n’êtes pas convaincant ».

 

À ces mots, le 2ème vendeur apparaît & veut prendre les choses en main :
« C’est vrai, Madame, mon collègue a raison, sinon vous avez celui-ci également, si vous préférez ».
Si je préfère quoi ?? Choisir entre l’entrée de gamme & le moins bas de gamme ?

 

Devant mon air perplexe, il m’assène :
« De toute façon, pour ce que vous voulez en faire, le 1er est bien mieux ».

 

Ce magasin a réussi la performance de recruter 2 vendeurs extra-lucides & néanmoins sexistes.
Il me propose (quand même) de les essayer sur leur petit parking, je monte sur le 1er sans aucune mise en main, idem pour le second.

 

« Alors ? » me dit-il
Je tente encore d’avoir quelques explications, puis, fatiguée, je demande leurs prix respectifs. Alors là, une activité effrénée s’empare d’eux : ils virevoltent autour des vélos, cherchent sous les selles, ouvrent des classeurs, pianotent frénétiquement sur leur logiciel interne : rien !!
Ah, j’oublie : ils se disent mutuellement à intervalles réguliers : « Mais, je croyais que tu les avais mis ».
Finalement, ils peuvent, enfin, me donner une réponse … en allant sur le site du fabricant.
Pendant tout ce temps, 2 clients sont entrés, un monsieur essayait (tout seul) un casque & un autre a attendu que tout ce bal se termine.
Quant à moi, j’ai remercié, j’ai compris que pour acheter un vélo, ce n’était pas gagné, mais que pour ma profession, l’avenir était radieux.

 

Essai N° 2

Même jour, autre magasin spécialiste. Une 1ère partie consacrée aux vêtements, chaussures, chaussettes, casques …
Une 2ème partie : salle d’exposition des vélos avec atelier adjacent. Mise en scène esthétique & pratique : les modèles peuvent se voir à 360°, fiche informative très claire & accessible, prix affichés.
Ah, je me dis que le paradis est en vue. D’ailleurs, un de ses représentants arrive :
« Bonjour, je peux sûrement vous aider !! »
« Mais, avec plaisir, je souhaite m’acheter un vélo »
Et, là, les questions fusent :
« Que souhaitez-vous, que voulez-vous en faire, quel est votre niveau, qu’est-ce qui est important pour vous, avez-vous un modèle en tête, avez-vous défini un budget … ? »
En plus, il attend mes réponses, répond à mes objections. Enfin, bref, il me considère comme une vraie personne avec des attentes particulières & fait son job de spécialiste.
Nous tombons d’accord sur un modèle, même si je lui fais part de mes craintes concernant, comment dire … « l’agressivité de la selle ».
« C’est un modèle sportif & cette selle sollicite plus le mouvement des cuisses. Rassurez-vous, elle est aussi étudiée pour le confort féminin ».

 

Bon, OK, va pour ce modèle, il existe en 2 couleurs, il m’interroge sur ma préférence & va même jusqu’à déballer un vélo encore dans son carton pour me montrer concrètement un des coloris.
Il s’enquiert de tous les renseignements nécessaires pour remplir le bon de commande & me précise le délai de livraison.
Etant donné que toute ma confiance lui est acquise, je m’informe :
« De quoi ais-je besoin d’autre ? Outillage nécessaire, une selle plus accueillante, casque, vêtements particuliers, gants … »
« Non, non, pour l’instant, commencez comme çà ».
J’achète quand même un panier (les 2/3 courses, vous vous rappelez ?), demande un antivol : il n’y en a plus … Bon, tant pis.
Il m’offre le petit bidon « spécial vélo »,
« « Je vais débuter par 20 kms, c’est l’été, aurais-je assez d’eau avec cette quantité ? »
« Oui, oui, c’est parfait ».

 

Très bien, je repars, ravie-enchantée, j’adore mon vendeur & mon futur vélo !!

 

Au jour dit, il m’appelle :
« Madame Bagela, votre vélo est arrivé, Pierre de l’atelier l’a monté & il vous attend. « Pensez bien à mettre votre voiture en position chargement. »
Je fonce, j’arrive & je suis accueillie par :
« Bonjour, Madame Bagela, venez voir, votre vélo est magnifique !! Comment le trouvez-vous ? »
Oh, je l’aime déjà, je suis fébrile, je veux le toucher … Nous terminons le règlement & les explications de la garantie.
Puis, nous sortons sur le (grand) parking, explications/démonstrations/essais sur :
• Les plateaux, les vitesses, frein avant & arrière
• Pose & dépose du panier
• Réglage de la selle
• Serrage rapide de la roue avant

 

Il m’aide à mettre mon vélo dans la voiture, me remercie, me souhaite de belles randonnées & attend que je sois hors de vue pour rentrer dans le magasin.

 

THE D-DAY

Le temps est magnifique, mon vélo aussi, pantalon, T-shirt, lunettes, bidon rempli plus ½ bouteille, par précaution, en route !!
Les premiers tours de pédale sont enchanteurs, exactement comme je l’avais imaginé, je lance des « bonjours » enjoués & complices à mes confrères.
Les kilomètres s’additionnant, la brutalité de la selle se confirme, j’ai bu toute mon eau, & les crampes arrivent. De plus, les poignées me rendent les paumes douloureuses ….
Je ne m’avoue pas vaincue, je prévois (beaucoup) plus d’eau, je vais forcément m’habituer à cette selle « sportive », & je n’ai qu’à diminuer la pression sur les poignées.
Au fil de mes sorties, l’inconfort augmente, mes « bonjours » sont de plus en plus crispés & je commence à me dire que ce vélo n’est vraiment pas une bonne idée.

 

Une manifestation de cyclotourisme a lieu dans ma région. Chouette, je vais pouvoir m’entretenir avec des pratiquants & des exposants. Et, je vais en profiter pour m’acheter des gants.
Je remarque que les femmes portent un genre de bermuda renforcé … comment dire … à l’endroit sensible en contact avec la selle. J’en interroge plusieurs, leur fait part de ma tenue de vélo actuelle. Certaines me regardent horrifiées, d’autres éclatent de rire … Mais, bon, j’ai ma solution & je comprends que l’histoire entre mon vélo & moi va continuer …

 

Je choisis un stand & demande à l’exposant ce que je souhaite, je repars avec 2 cuissards (j’ai appris le terme), une paire de gants pour l’été, une pour l’hiver, une mini trousse à outil, des chaussettes & un casque. De superbes chaussures rouges me font de l’œil, mais, ce monsieur prend le temps de m’expliquer pourquoi c’est prématuré pour l’instant.

 

NOUVEAU DÉPART

Je suis casquée, « cuissardée », j’ai une selle prêtée par un ami, (essai concluant : je vais aller l’acheter), mes mains sont protégées, 1,5 l d’eau dans mon panier, je peux re-démarrer !!
J’ai plus que doublé mon kilométrage, quant à mon plaisir, le différentiel de bonheur est inestimable !!
Et dire que j’ai failli arrêter …

 

Chère lectrice & cher lecteur, je vous laisse le soin de tirer la morale de cette histoire. Je vous ai fait grâce du vendeur d’un magasin multisport qui a voulu me vendre une montre uniquement dédiée au running pour un GPS de vélo …

À bientôt, pour d’autres aventures !!

 

 

* 1968 Pierre Barouh – Francis Lai – Yves Montand

Catégories
  • Les Brèves de Brigitte (4)
  • Archives
  • février 2014 (1)
  • octobre 2013 (1)
  • janvier 2013 (1)
  • novembre 2012 (1)